Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Vitraux de la nef de l'église d'Aubry

Les vitraux de la nef, ont été posés après la guerre 14-18, et payés par les « dommages de guerre ». Nef à droite: Jésus fait sortir Lazare du tombeau. ( Jean 11, 1 -43 et 12, 1-11).

La mort de Lazare,

11 Un homme appelé Lazare tomba malade. Il habitait Béthanie, le village où vivaient Marie et sa sœur Marthe.  2  (Marie était cette femme qui répandit du parfum sur les pieds du Seigneur et les essuya avec ses cheveux, et c’était son frère Lazare qui était malade.)
3  Les deux sœurs envoyèrent quelqu’un dire à Jésus : « Seigneur, ton ami est malade. »   4  Lorsque Jésus appris cette nouvelle, il dit : « La maladie de Lazare ne le fera  pas mourir, elle a pour but de montrer la gloire de Dieu et doit servir à donner de la gloire au Fils de Dieu. »
5  Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare.  6  Quand il appris que Lazare était malade il resta encore deux jours à l’endroit où il se trouvait,  7  puis il dit à ses disciples : « Retournons en Judée. »
8  Les disciples lui répondirent: « Maître, il y a très peu de temps les Juifs cherchaient à te tuer à coup de pierres et tu veux retourner la bas ? »  9  Jésus leur dit : « Il y a douze heures dans le jour, n’est-ce pas ? Si quelqu’un marche pendant le jour, il ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde.  10  Mais si quelqu’un marche pendant la nuit, il trébuche, parce qu’il n’y a pas de lumière en lui. »

11 Jésus leur dit ces mots, puis ajouta : « Notre ami Lazare s’est endormi, mais je vais aller le réveiller. »  12  Les disciples répondirent : « Seigneur, s’il s’est endormi, il guérira. »  13  Jésus avait voulu dire que Lazare était mort, mais les disciples pensaient qu’il parlait du sommeil normal.
14  Jésus leur dit alors clairement : « Lazare est mort ».  15  Je me réjouis à cause de vous de n’avoir pas été là-bas, parce qu’ainsi vous me croirez. Mais allons auprès de lui. »  16  Alors Thomas  (appelé le Jumeau) dit aux autres disciples : «  Allons-y, nous aussi, pour mourir avec le Maître ! »

11-Aubry-Vit-Nef-Droite 11-Aubry-Vit-Nef-Droite   Jésus est la résurrection et la vie.

 

17  Quand Jésus arriva, il découvrit qu’on avait mis Lazare au tombeau déjà quatre jours auparavant.

18  Béthanie est près de Jérusalem, à moins de trois kilomètres,  19  et beaucoup de Juifs étaient venus chez Marthe et Marie pour les consoler de la mort de leur frère.

20  Quand Marthe apprit que Jésus arrivait, elle partit à sa rencontre ; mais Marie resta assise à la maison.

21  Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.  22  Mais je sais que même maintenant Dieu te donnera tout ce que tu lui demanderas. »  23  Jésus lui dit : «  Ton frère reviendra à la vie. »

24  Marthe répondit : « Je sais qu’il reviendra à la vie lors de la résurrection des morts, au dernier jour. »

25  Jésus lui dit : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt ; 26  et celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »  27  «  Oui, Seigneur, » répondit-elle, « je crois que tu es le  Messie, le Fils de Dieu, celui qui devait venir dans le monde. »
Jésus pleure.
28  Après avoir ainsi parlé, Marthe s’en alla voir sa sœur Marie et lui dit en secret : « Le Maître est là et il te demande de venir. »  29  Dès que Marie eut entendu ces mots, elle se leva et se hâta d’aller vers Jésus.  30  ( Jésus n’était pas encore entré dans le village, mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré.)
31  Quand les Juifs qui étaient dans la maison avec Marie pour la consoler la virent se lever et sortir en hâte, ils la suivirent. Ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer.
32  Lorsque Marie arriva à l’endroit ou était Jésus et qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. »  33  Jésus vit qu’elle pleurait et que les Juifs qui étaient venus avec elle pleuraient aussi. Il en fut profondément attristé et troublé,  34  et il leur demanda : « où l’avez-vous enterré ? » Ils lui répondirent : « Seigneur, viens et vois »  35  Jésus pleura.  36  Les juifs dirent alors : « Voyez comme il l’aimait ! »  37  Mais quelques-uns d’entre eux dirent : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas faire aussi que Lazare ne meure pas ? »
Lazare est ramené à la vie.
38  Jésus, de nouveau profondément attristé, se rendit au tombeau. C’était une caverne, avec une pierre placée devant l’entrée.  39  « Enlevez la pierre » dit Jésus. Marthe, la sœur du mort, lui dit : « Seigneur, il doit déjà sentir mauvais, car il est dans le tombeau depuis quatre jour. »  40  Jésus lui répondit : « ne t’ai-je pas dit que si tu crois tu verra la gloire de Dieu ? »  41  On enleva donc la pierre. Jésus leva les yeux vers le ciel et dit : « Père, je te remercie de ce que tu m’as écouté.  42  Je sais que tu m’écoutes toujours, mais je le dis à cause de ces hommes qui m’entourent, afin qu’ils croient que tu m’as envoyé. »  43  Après avoir dit ces mots, il cria d’une voix forte : « Lazare, sort de là ! »  44 Le mort sortit, les pieds et les mains entourés de bandes et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit : « Déliez-le et laissez-le aller. »
Le complot contre Jésus.
45  Beaucoup de Juifs, parmi ceux qui étaient venus chez Marie et avaient vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.  46  Mais quelques-uns d’entre eux allèrent trouver les Pharisiens et leur racontèrent ce que Jésus avait fait.  47  Les Pharisiens et les chefs des prêtres réunirent alors le Conseil supérieur et dirent : « Qu’allons nous faire ? Car cet homme accomplit beaucoup de miracles !  48  Si nous le laissons agir ainsi, tous croiront en lui, puis les autorités romaines interviendront et détruiront notre temple et notre nation ! »  49  L’un d’entre eux nommé Caïphe, qui était grand-prêtre cette année-là, leur dit : « Vous n’y comprenez rien !  50  Ne saisissez-vous pas qu’il est préférable pour vous qu’un seul homme meure pour le peuple et qu’ainsi la nation entière ne soit pas détruite ? »  51  (Il ne disait pas cette parole de sa propre volonté ; mais, comme il était grand-prêtre cette année-là, il prophétisait que Jésus devait mourir pour la nation juive,  52 et non seulement pour cette nation, mais aussi pour rassembler en un seul corps tous les enfants de Dieu dispersés.)  53  Dès ce jour-là, les autorités juives décidèrent de faire mourir Jésus.  54  C’est pourquoi Jésus ne continua plus à aller et venir en public parmi les Juifs. Il se rendit dans une région voisine du désert, dans une ville appelée Ephraïm, où il resta avec ses disciples.
55 La fête juive de la Pâque était proche, et beaucoup de gens du pays se rendirent à Jérusalem avant la Pâque pour la cérémonie de purification.  56  Ils cherchaient Jésus et, alors qu’ils se trouvaient dans le temple, ils se demandaient les uns aux autres : « Qu’en pensez-vous ? Viendra-t-il à la fête ou non ? »  57  Les chefs des prêtres et les Pharisiens avaient ordonné que si quelqu’un savait ou était Jésus, il le fasse savoir, afin qu’on puisse l’arrêter.
Marie met du parfum sur les pieds de Jésus.
12   Six jours avant la Pâque, Jésus se rendit à Béthanie, ou vivait Lazare, l’homme qu’il avait ramené de la mort à la vie.  2  Là, on lui offrit un repas que Marthe servait.  Lazare était un de ceux qui se trouvaient à table avec Jésus.  3  Marie prit alors un demi-litre d’un parfum très cher, fait de nard pur, et le répandit sur les pieds de Jésus, puis elle les essuya avec ses cheveux. Toute la maison se remplit de l’odeur du parfum.  4  L’un des disciples de Jésus, Judas Iscariote  --  celui qui allait le trahir  --  dit : 5  « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents pièces d’argent pour les donner aux pauvres ? »  6  Il disait cela non parce qu’il se souciait des pauvres, mais parce qu’il était voleur : il tenait la bourse et prenait ce que l’on y mettait.  7  Mais Jésus dit : « Laisse-la tranquille ! Laisse-la garder ce qu’elle a pour le jour où l’on me mettra au tombeau.  8  Vous aurez toujours des pauvres avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »
Le complot contre Lazare.
9  La foule nombreuse des Juifs appris que Jésus était à Béthanie. Ils y allèrent non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir Lazare que Jésus avait ramené de la mort à la vie.  10  Les chefs des prêtres décidèrent alors de faire mourir aussi Lazare,  11  parce que, à cause de lui, beaucoup de Juifs les quittaient et croyaient en Jésus.
(ensuite : entrée de Jésus dans Jérusalem le dimanche des Rameaux)

 

12-Aubry-Vit-Nef-Droite 12-Aubry-Vit-Nef-Droite  Nef à droite: Marie-Madeleine au pied de la Croix, avec la Vierge et Saint Jean.

( Jean 19, 25-30)

25  Près de la croix se tenait sa mère, la sœur de sa mère, Marie la femme de Clopas, et Marie de la ville de Magdala.   26  Jésus vit sa mère et, auprès d’elle, le     disciple qu’il aimait. Il dit à sa mère, : « Femme, voici ton fils. »   27  Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et dès ce moment le disciple la prit chez lui.   28  Après cela, comme Jésus savait que tout était achevé maintenant, il dit pour accomplir le texte de l’Écriture : « J’ai soif. »   29  Il y avait là un vase plein de vinaigre. Alors les soldats trempèrent une éponge dans le vinaigre, la fixèrent à une branche d’hysope et l’approchèrent de la bouche de Jésus.   30  Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est achevé ! » Puis il baissa la tête et mourut.

 

( Matthieu 27,  54-56)

   54  L’officier romain et les soldats qui gardaient Jésus avec lui virent le tremblement de terre et tout ce qui arrivait ; ils eurent alors très peur et dirent : « Il était vraiment le Fils de Dieu »   55  De nombreuses femmes étaient là et regardaient de loin : elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée pour le servir.   56  Parmi elles, il y avait Marie de la ville de Magdala, Marie la mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

 

( Marc 15, 33-41)

   33  À midi, l’obscurité se fit sur tout le pays et dura jusqu’à trois heures de l’après-midi.   34  Et à trois heures, Jésus cria d’une voix forte : Eloï, Eloï, lema sabachthani ? ce qui signifie : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as –tu abandonné ? »   35  Quelques uns de ceux qui étaient là l’entendirent et s’écrièrent : « Écoutez, il appelle Élie »   36  L’un d’eux courut remplir une éponge de vinaigre et la fixa au bout d’un bâton, puis il la tendit à Jésus pour qu’il boive et dit « Attendez, nous allons voir si Élie vient le descendre de la croix ! »   37  Mais Jésus poussa un grand cri et mourut.

   38  Le rideau suspendu dans le temple se déchira en depuis le haut jusqu’en bas.   39  L’officier romain, qui se tenait en face de Jésus, vit comment il était mort après avoir crié et il dit : «  Cet homme était vraiment le Fils de Dieu ! »   40  Quelques femmes étaient aussi là et regardaient de loin. Parmi elles, i y avait Marie de la ville de Magdala, Marie la mère de Jacques le jeune et de Joses, et Salomé.   41  Elles avaient suivi Jésus quand il était en Galilée et l’avaient servi. Il y avait aussi de nombreuses autres femmes qui étaient montée avec lui à Jérusalem.

 

( Luc 23, 44-49)

44-45  Il était environ midi quand le soleil cessa de briller : l’obscurité se fit sur tout le pays et dura jusqu’à trois heures de l’après-midi. Le rideau suspendu dans le temple se déchira par le milieu.   46  Jésus s’écria d’une voix forte : « Père, je remet mon esprit entre tes mains. » Après avoir dit ces mots, il mourut.   47  L’officier romain vit ce qui était arrivé ; il loua Dieu et dit : « Certainement cet homme était bon ! »   48  Tous ceux qui étaient venus, en foule, assister à ce spectacle virent ce qui était arrivé. Alors ils s’en retournèrent en se frappant la poitrine.   49 Tous les amis de Jésus, ainsi que les femmes qui l’avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient à distance pour regarder ce qui se passait.

 

 

 

 

 

Article publié par Anne- Fleur • Publié Jeudi 23 juin 2016 • 423 visites

Haut de page