Génération Laudato Si’

Présentation de l'équipe des Cohézun, une équipe de compagnons du groupe Bonne Espérance de Bellaing : rêves, choix et engagement de la Génération Laudato Si'

"Tout est lié. Il faut donc une préoccupation pour l'environnement unie à un amour sincère envers les êtres humains, et à un engagement constant pour les problèmes de la société."
Laudato Si §91

 

Partout dans le monde, les jeunes ont compris l’importance de se mobiliser rapidement et activement pour faire face à l’urgence climatique. Les marches pour le climat en témoignent.

Le pape François, dans son Encyclique Laudato Si’ parue en 2015 exprime aussi que nous devons nous rassembler autour du défi environnemental

« Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous. » Pape François, Laudato Si’, 14

Ce défpromesse cohezun promesse cohezun  i retenti particulièrement auprès de l'équipe des Cohézun, compagnons de notre goupe scout de Bellaing.

Les Cohézun, ce sont 5 jeunes :  3 filles (Eugénie, Fanny et Isabelle) et 2 garçons (Malo et Théo), âgés de 18 à 19 ans. 

Depuis la formation de leur équipe en 2019, Les Cohézun sont pétris du souci de s’engager et d’agir pour l’environnement.

 

Cohèzun, un nom d’équipe qui a du sens

Cohèzun, c’est le mariage de deux mots : "cohésion" et "zunzuncito" (vous ne le savez peut-être pas encore mais un zunzuncito est un petit colibri de Cuba. Maintenant, vous savez). La cohésion, il en faut quand on veut aller loin dans un projet d’équipe, d’où le “Cohè” de leur nom.

Quant au choix de la première syllabe du vocable “zunzuncito”, c’est en référence à la fable du colibri popularisée par Pierre Rabhi. Cette histoire symbolise l’importance de chaque geste, de chaque engagement et action, même dans une cause qui dépasse comme celle de la défense de l’environnement. Malgré l’ampleur de la tâche, le tout petit colibri ne désarme pas et donne le meilleur de lui-même, entraînant avec lui les autres animaux pour devenir aussi des acteurs et tout changer !

Ainsi, on peut dire que tout y est dès le départ : le souci d’être ensemble (car “ensemble, on va plus loin” !) et l’attachement responsable au respect de la Création .

Déjà, l’experiment de leur premier temps résonne du soin qu’ils veulent donner à la Création car ils choisissent un partenaire investi dans l’environnement et le local, les vergers bio d’Ohain

“Nous avons fait le choix de cet expériment afin de partager des moments avec ces producteurs locaux engagés dans la création d’une agriculture biologique durable. Notre objectif est aussi de les aider à travers différents projets tels que la construction d’une mangeoire pour leurs moutons , l’entretien des vergers ou encore la préparation des paniers pour les amapiens…”

Et d’arpenter la région en vélo pour visiter et découvrir l’avesnois et être en accord avec leurs idéaux.

Generation-compagnons-laudato-si 2 Generation-compagnons-laudato-si 2  Generation-compagnons-laudato-si Generation-compagnons-laudato-si  Generation-compagnons-laudato-si 3 Generation-compagnons-laudato-si 3  

Lors de la recherche d’un partenaire pour accomplir leur 2ème temps compagnon, ils se limitent à un périmètre qui ne va pas au-delà de 24 heures de train. L’écho de la “conversion écologique” votée comme résolution par le groupe des Scouts et Guides de France en 2019  résonne chez nos jeunes compagnons. Et ce qu’ils veulent, c’est donner du sens à ce qu’ils accomplissent.

 

Tout est lié 

C’est au mois de décembre qu’ils trouvent leur partenaire. Destination le sud pour cet été ! car les Cohèzun s’apprêtent à vivre l’internationalité dans notre propre pays avec l’association Tero Loko qui les accueillera en ce mois d'août 2021 en Isère, à 50 km de Grenoble !

Faire de l’agriculture durable un levier d’inclusion sociale : voilà ce que propose la toute jeune association Tero Loko dans un petit village rural de 500 habitants, Notre Dame de l’Osier.

L’association aide ainsi des réfugiés et d’autres personnes en situation de précarité de la région à se reconstruire et à s’insérer dignement et durablement par leur travail. Ce sont une douzaine de salariés qui sont accompagnés vers l'emploi et le logement pendant un ou deux ans. Le temps de redonner confiance, pour trouver ou retrouver une place dans notre société.

L’humain, l’éthique, l’enrichissement mutuel en valorisant la culture individuelle de chacun, l’inscription du projet dans le développement durable, la reconstruction de l’homme par l’interaction avec la nature font partie intégrante du projet de Tero Loko. Et ce sont exactement les valeurs que veulent défendre nos 5 compagnons ! Assurément, ils étaient faits pour se rencontrer :)

 

Durant les 17 jours de camp, les Cohèzun comptent participer, avec les bénévoles et les réfugiés, aux différentes activités de maraîchage et de boulangerie ainsi qu'aux marchés, pour rendre service à l'association dans une période où le travail avec la Terre ne manque pas, mais aussi proposer des activités (jeux, partages et divertissements) aux jeunes du village, ainsi qu'aux enfants des réfugiés.

cohezun-logo cohezun-logo  

Alors, bel experiment à nos Cohèzun ! Nul doute que l’ailleurs que vous y découvrirez, vous transformera et que vous ne serez plus tout à fait les même quand vous reviendrez. Nous vous souhaitons, à votre retour, de continuer à faire vibrer vos cœurs de tout ce que vous aurez découvert et de les faire résonner ici pour témoigner et agir, comme le colibri qui fait sa part (et de nous donner envie d’y collaborer pour rendre notre monde encore plus beau, grâce à vous !).  Car tout est lié !

 

139. Quand on parle d’« environnement », on désigne en particulier une relation, celle qui existe entre la nature et la société qui l’habite. Cela nous empêche de concevoir la nature comme séparée de nous ou comme un simple cadre de notre vie. Nous sommes inclus en elle, nous en sommes une partie, et nous sommes enchevêtrés avec elle. Les raisons pour lesquelles un endroit est pollué exigent une analyse du fonctionnement de la société, de son économie, de son comportement, de ses manières de comprendre la réalité. Étant donné l’ampleur des changements, il n’est plus possible de trouver une réponse spécifique et indépendante à chaque partie du problème. Il est fondamental de chercher des solutions intégrales qui prennent en compte les interactions des systèmes naturels entre eux et avec les systèmes sociaux. Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature. Pape François, Laudato Si')

Article publié par A-Fleur M • Publié le Mercredi 12 mai 2021 • 389 visites

keyboard_arrow_up